Blog

Le capital sympathie, clé de la prise de parole au sein de l’entreprise

Prise de parole au sein de l’entreprise

 

Pour un manager la communication interne est un enjeu aussi fondamental, voire parfois davantage, que la compétence technique. Savoir motiver et mobiliser ses collaborateurs constitue la clé de l’efficacité au sein de l’entreprise: faire en sorte que chacun s’implique et donne le meilleur de lui-même. La maîtrise de la prise de parole en public est donc primordiale, et tout manager doit être en mesure de créer un capital sympathie autour de son projet. Théâtre en Cours propose des formations multilingues destinées aux managers souhaitant rendre plus efficace leur prise de parole en public: lâcher prise, langage corporel, posture, communication verbale et non verbale.

 

La construction d’un solide capital-sympathie est la première condition d’une communication convaincante et percutante.

 

La notion de capital sympathie

 

Le capital sympathie représente l’ensemble des signaux verbaux et non verbaux positifs  dégagés par un individu et produisant ainsi, en situation de prise de parole, des émotions positives chez les autres (le public).

 

3 facteurs concourent à la construction de ce capital en situation de prise de parole

 

  • L’expression kinésique, autrement dit, tout ce que l’orateur propose à son public de voir pendant qu’il parle : au-delà d’un décor, au-delà de vêtements et d’accessoires, c’est une posture, ce sont des gestes, ce sont des expressions corporelles, c’est une grimace ou un sourire, c’est une façon de bouger et d’occuper l’espace… Lors d’une prise de parole en public, ces éléments visuels vont contribuer à hauteur de 55 % à la construction du capital-sympathie, et ce pendant les 2 premières minutes de l’intervention.
  • La variation prosodique (38 %) : le ton de la voix, l’articulation, le souffle, le rythme…
  • Les mots eux-mêmes (7 %) : ce qui renvoie au choix de ces mots, à la manière d’organiser leur utilisation (la construction des phrases)… et tout cela se doit d’être soigneusement préparé.

 

Ce qui importe alors, c’est de s’adapter à son interlocuteur (adapter la forme de son message tout autant que sa propre forme de messager)

 

3 écueils à éviter

 

  • Incohérence, quand la forme ne correspond pas à ce que l’on dit, au message, à la situation.
  • Incongruence, lorsque la forme ne correspond pas à la forme de notre interlocuteur.
  • Dissonance, lorsque deux postures « partielles » viennent en opposition et/ou lorsqu’une posture vient parasiter un message : « Je me sens bien avec vous », avec des bras ouverts mais des jambes entortillées.

 

Capital-sympathie, cohérence, congruence, consonance permettent ainsi au dirigeant de véhiculer une image positive et rassurante et de développer une communication managériale performante; et à partir de là, de partager et de faire adhérer ses collaborateurs à une vision, à une démarche, à une stratégie d’entreprise.

 

Source : http://www.journaldunet.com/management/expert/58231/prise-de-parole-en-public—developpez-votre-capital-sympathie.shtml

La pratique des langues étrangères, un avantage décisif pour les entreprises – Formations Théâtre en Cours

Quelle que soit sa taille, une entreprise qui communique avec ses clients dans leur langue maternelle jouit d’un avantage concurrentiel qui peut s’avérer considérable. La pratique des langues étrangères chez les salariés est un atout commercial qui prend de plus en plus d’importance dans le contexte économique actuel, comme en témoigne cette chronique de Leïa Bourreau dans le JDN. C’est pourquoi les formations de Théâtre en Cours (prise de parole en public, team building…) sont proposées non seulement français, mais aussi en anglais, en allemand et en espagnol.

 

Le bilinguisme des employés est peut-être la clé pour une augmentation des ventes dans certains secteurs. L’ouverture culturelle est un atout à ne pas négliger.

 

Quelle est l’importance d’avoir un personnel bilingue au travail ?

  • Apportent-t-ils un plus concurrentiel ?
  • Quelles autres compétences les personnes bilingues apportent-t-elles à l’entreprise ?

 

Nous avons trouvé un exemple d’entreprise de petite taille utilisant les langues pour accroître ses ventes.

 

 

Le bilinguisme peut être un atout important pour une entreprise

 

Cela permet tout d’abord au personnel de communiquer avec les fournisseurs et les collègues mais également de fournir aux clients importants la possibilité d’acheter dans leurs langues maternelles.
Dans un article du magazine en ligne Automotive News, nous avons découvert un exemple incroyable d’une entreprise qui utilise les langues et le bilinguisme à son avantage. La société Shortline Subaru, installée à Aurora dans le Colorado (USA), transforme ses ventes et fait tourner des têtes en même temps.
En 1998, Shortline Subaru a embauché Bill Carrera pour qu’il vende des voitures pour eux. Quatre ans plus tard, M. Carrera est devenu le directeur des ventes du magasin. Rien d’extraordinaire me direz vous mais il est intéressant de noter que, lorsqu’il a été engagé, Bill Carrera parlait très mal anglais. Son ascension au sein de l’entreprise montre bien qu’il était exactement le genre d’employé que l’entreprise recherchait.
Le propriétaire du groupe Shortline Auto, Don Hicks, pense que le personnel de l’entreprise devrait refléter les communautés présentes dans les alentours de sa concession. Don Hicks est connu pour sa volonté d’engager des personnes bilingues et il recherche particulièrement des personnes parlant l’espagnol et le coréen. Cependant, son personnel comprend également des employés parlant le bosniaque, le roumain et d’autres langues européennes. Actuellement, neuf de ces 150 employés parlent plus de deux langues mais Don Hicks a pour objectif d’employer un autre membre du personnel bilingue tous les quatre à cinq mois.

 

En plus du personnel polyglotte que M. Hicks emploie, il développe également des publicités dans d’autres langues que l’anglais pour son entreprise. Le budget alloué à ce type de publicité a augmenté de 25 % cette année. Comme plus d’un quart de la population d’Aurora est d’origine hispanique et que la communauté coréenne grandit rapidement, c’est une sage décision.

 

Source : http://www.journaldunet.com/management/expert/54834/la-pratique-des-langues-etrangeres—un-atout-pour-les-commercants.shtml

Travail – le risque de l’isolement

Le risque de l’isolement

 

L’excès de travail expose au risque de l’isolement, au stress et à ses conséquences sur la santé (AVC, maladies cardiovasculaires…), selon une étude menée auprès de 600 000 personnes. Rompre l’isolement, c’est aussi pratiquer des activités collectives. Théâtre en Cours propose des exercices de relaxation en groupe, de respiration et de gestion de l’émotivité.

 


 

Une étude scientifique révèle que travailler de longues heures augmenterait le risque d’attaques cérébrales, résultat d’un stress qui ne serait pas que physique. Car le travail peut aussi conduire à l’isolement.

 

L’adage selon lequel travailler est bon pour la santé mentirait-il ? Travailler trop, pourrait rendre malade, indique une étude publiée par la revue médicale britannique The Lancet. Travailler plus de 55 heures par semaine augmenterait de 33 % le risque de faire un accident vasculaire cérébrale (AVC) et de 13 % celui de développer une maladie des coronaires. Ces données proviennent d’une étude portant sur 600 000 personnes originaires d’Europe, des États-Unis et d’Australie. Pendant sept ans, des hommes et des femmes qui n’avaient aucune maladie cardiovasculaire au début de l’étude ont été suivis.

 

Maurice n’est pas en reste en ce qui concerne les horaires à rallonge. C’est une tendance qui gagne du terrain dans nos entreprises. Mais pour le Dr Dominique Lam, le lien entre les heures supplémentaires au travail et les maladies cardio-vasculaires n’est pas aussi évident. A l’instar du neurologue, des psychologues soutiennent que tout est une question d’équilibre. Le temps professionnel doit être contrebalancé par du temps pour soi, pour la famille et pour les amis…

 

Tant qu’on aime son métier…

 

Selon le Dr Lam, lorsqu’on aime son travail et qu’on travaille pour le plaisir, le risque de développer une maladie cardiaque est moins élevé. Il faut prendre aussi en considération l’âge de l’individu et la nature du travail. Plus la personne est âgée, plus il y a de risques de complications. « Une personne qui se plaît dans son travail peut souvent travailler plus de huit heures sans aucun problème de santé contrairement à celui qui travaille pendant six heures dans un environnement stressant », dit-il, sans compter les effets positifs sur la mémoire et la concentration.

Il soutient cependant que tout individu qui travaille doit s’assurer de bien équilibrer sa journée. Travailler pendant plus de huit heures rime parfois avec mauvaises habitudes alimentaires. Et c’est là que les choses se compliquent. Moins bien nourri, on est moins résistant à la fatigue. « La fatigue entraîne l’irritabilité, une baisse de l’attention, de la concentration et de la mémoire, un manque d’appétit et des problèmes de digestion.  Si un individu persiste à travailler fatigué, la dépression et les maladies liées au stress telles que l’hypertension et le diabète, peuvent surgir. »

 

Source : http://www.defimedia.info/defi-quotidien/dq-societe/item/79092-le-travail-c-est-la-sante.html

Relaxation et langage corporel -Théâtre en Cours

 Atelier relaxation et langage corporel

 

A partir du vendredi 18 septembre, Théâtre en Cours propose dans le 18e arrondissement un stage de gestion du stress par la relaxation et l’improvisation théâtrale.

 

Comédiennes et coachs, Clémence Mollet et Anne-Katerine Normant vous feront pratiquer une série d’exercices de lâcher prise basés sur la respiration, le langage corporel et l’improvisation (communication verbale et non verbale) : prise de conscience de ses points d’appui et travail sur l’aisance physique, en développant son écoute et sa force de proposition.

 

Destiné à un public d’adultes, l’atelier aura lieu tous les vendredis soir de 19h30 à 22h, du 18 septembre au 11 décembre 2015 (sauf en période de vacances scolaires).

 

Adresse
Espace Traëger, face au 28 rue Boinod, Paris 18e (métro Marcadet-Poissonniers)

 

Renseignements

Voir la fiche du stage sur le site de Théâtre en Cours : http://theatrencours.fr/calendrier-stages/stage-improvisation-et-relaxation/

 

Contact
Par email ou au 07 51 24 96 53